Vacances, illusions et Bisounours.

Publié le par kevinades.over-blog.com

Ah! Le dernier jour d'école avant les vacances... Journée galère ou sympa selon le profil des collègues, mais journée particulièrement propice aux kevinades en tout genre.

 

 

J'en profite pour vous faire part d'un problème récurrent lors de ce genre de journées: le p'tit mot / p'tit dessin gentil d'un gosse que ça fait trop plaisir et même qu'on est une sorte de dieu vivant pour lui et qu'en plus c'est bon pour l'ego.

 

 

Et là vous vous dites à juste titre: mais il est où le problème? Car problème il y a ami lecteur, problème il y a. Parce que bon, oui, voilà, l'intention est adorable, le gosse ne l'est pas moins, la vie est merveilleuse, on fait le plus beau métier du monde et voir les yeux d'un gamin briller c'est génial et tout ça, d'accord.

 

 

Mais bordel vous l'avez vu ce mot ou quoi? Ce petit mot, tellement pétri de bonnes intentions qu'on croirait qu'il a été dicté par un bisounours, vous l'avez lu? Ben moi oui, et au moment où vous me lisez j'en ai encore des frissons...

 

 

Le mieux c'est peut-être encore de se mettre en situation: la scène se passe en fin de journée, un élève, appelons le Kevin, se présente devant moi tout penaud. Il me tend un petit papier au premier abord anodin, et pourtant c'est une arme de destruction massive qui va ébranler toutes mes certitudes professionnelles ! Eh oui, rien que ça.

 

 

Voici le mot en question, recopié tel quel, attention, ça pique un peu :


"métre tu est le meieur métre touse que tu nous encégne est méreuveieus."

 

 

Je vois que vous commencez à saisir... A la lecture de ces quelques mots mon cerveau passe en mode automatique: la liste de toutes les révisions effectuées dans des domaines aussi variés et excitants que la grammaire, la conjugaison et l'orthographe s'imposent à moi. Toute cette énergie, ce génie pédagogique, ce temps passé à répéter et à répéter inlassablement les mêmes règles de français à la con!

Et tout ça pourquoi? Pour qu'un gosse puisse tout faire vaciller en une petite phrase? J'ai encore quelques illusions moi!

 

 

Alors merde Kevin, par pitié, la prochaine fois ton mot gentil, tu te le gardes!

Publié dans En classe

Commenter cet article

Poupoun 28/10/2010 14:04



Mort de rire... Je vois que tes qualités rédactionnelles sont toujours bien là... je sens bien le roman poindre à l'horizon! Biz


 



Kevin 28/10/2010 17:44



C'est une idée...



Carine 28/10/2010 12:28



Et c'est la même quand on lit les billets lors du conseil de classe, j'en pleurerai !...





 


"On fait le plus beau métier du monde, on fait le plus beau métier du monde"....






Carine 28/10/2010 11:06



On se sent moins seuls, merci...






Kevin 28/10/2010 12:11



Les études montrent en effet que beaucoup d'enseignants sont touchés par ce fléau.



Sandra 26/10/2010 20:55



C'est mimi comme tout ! C'est l'intention qui compte !!!


Rigole ! Toi, ton petit mot il tient peut-être dans la poche. Moi, j'ai eu le droit à une affiche géante qui prend la moitié du bureau. Et à chaque fois que je la contemple, je me dis que je suis
heureuse d'enseigner les maths. Ca m'évite de choisir entre rire et pleurer !!! lol



kevinades.over-blog.com 26/10/2010 23:50



J'ai choisi depuis longtemps, à l'heure où je te parle, il n'y a plus de larmes dans ce corps...



savoune 23/10/2010 16:23



met nou zossi on teme !!!



kevinades.over-blog.com 24/10/2010 12:30



Tiens, un ancien élève!